Le coup du 21 avril signé Google… « friendly »

Share on LinkedIn

C’est maintenant officiel, Google va mettre en avant tous les contenus spécifiques mobiles dans ses résultats de recherches à partir d’appareils mobiles. Prévu pour être déployé le 21 avril prochain, des questions se posent : que va-t-il se passer après cette date, que vont devenir les résultats des sites non mobiles, quelles conséquences pour les sites en responsive design ? Google y a répondu officiellement il y a quelques jours.

 

« Friendly » or « not friendly » ? Là est la question

C’était connu depuis un moment, la sphère des professionnels du Web commentait à tout va, mais à part quelques évocations, Google n’avait pas fait d’annonce officielle. C’est chose faite avec le Google Hangouts* du 25 mars (vidéo). Ces derniers temps, Google n’a pas ménagé ses efforts d’information sur les utilisations des interfaces destinées aux appareils mobiles : indication utilisateurs, outil pour les Webmasters, charte ergonomique, messages divers et même des alertes par mail (voir capture ci-dessous). Google a mis en service deux tests en ligne, l’un, Mobile friendly test et l’autre, Rapport d’ergonomie mobile. Même si les résultats donnés par ces outils sont parfois étranges et discutables sur des sites déjà « responsive design », il est toujours intéressant de se poser les bonnes questions. Le leitmotiv est donc d’être « mobile friendly »… ou pas, donnant ainsi le coup de grâce officiel à tous les sites anciens. Voyons maintenant de quoi il s’agit en détail.

 

50 % des recherches impactées

Google annonce que ce critère-label « Mobile-friendly » sera pris en compte par l’algorithme comme un critère majeur sur son moteur mobile à partir du 21 avril et pour le monde entier en même temps. Cette modification va impacter directement les résultats du moteur de recherche. Evidemment cela ne touchera pas les résultats du moteur Web général. Toutefois Google traite 50% des recherches par jour à partir des mobiles.

On y voit maintenant plus clair sur le dispositif prévu. Il ne s’agit pas de valider des sites compatibles ou non mais seulement des pages compatibles. Si des pages le sont, elles seront enregistrées comme telles et mises en avant, on comprend loin devant. Si elles ne sont pas compatibles avec une lecture mobile, elles n’en recevront pas pour autant de pénalités fixes mais resteront à l’arrière, on comprend loin derrière. Comme toute page passée au crible par le robot Google (Googlebot), la prise en compte pourra être rapide selon sa fréquence de visite. Même si tous les tests proposés pourraient laisser entendre une simple tendance « friendly », il s’agit là d’une vraie compatibilité sur le mode du tout ou rien. Soit une page est compatible à 100%, soit elle ne l’est pas, sans nuance. Si un site entier ne l’est pas, aucune page ne sera compatible. A noter que la vitesse de chargement des pages ne sera pas prise en compte. Il est cependant conseillé de s’y intéresser pour offrir la meilleure expérience utilisateur possible.

 

Un site en responsive design est-il un avantage ?

Oui, mais pas plus qu’une autre méthode. Le tout est de proposer des interfaces adaptées à l’appareil sur lesquelles elles sont affichées. Le mobile est maintenant prépondérant. Soit le site est prévu nativement pour une adaptation à tous les formats d’écran (responsive design), soit il existe une version du site uniquement faite pour un usage sur les mobiles avec une url d’accès différente, soit une redirection automatique se fait vers la version la plus adaptée après détection du user-agent intégré au site.

 

Google « Dahu » ?

Voici donc les grandes lignes de cette modification notable de l’algorithme qui pourtant n’a pas reçu de Google, comme à l’accoutumé, une dénomination animalière. Il est vraisemblable que le déploiement se fera sur plusieurs jours mais la prise en compte de la compatibilité des pages sera rapide, selon la fréquence de visite de Googlebot.

Le coup de grâce est peut-être arrivé pour ces trop nombreux vieux sites non compatibles encore en service aujourd’hui, pour enfin proposer une expérience utilisateur décente et agréable. Ce qui est peut être un mal pour un bien. En dehors du fait d’être labelisé « Mobile friendly », être équipé et visible de la meilleure des façons pour ses prospects, ses relais de contacts et ses clients est sans doute ce que l’on fait de mieux pour la croissance des entreprises.

 

Christian Kamlet

 

* En langue Google, le Google Hangouts est la plate-forme développée pour la messagerie instantanée et la visioconférence (jusqu’à 10 utilisateurs). Peuvent y converger toutes sortes de supports et médias pour s’envoyer des images, des messages, des émoticônes, des positions Google maps, des vidéos etc. A voir la vidéo du Hangout Google du 25 mars 2015 sur YouTube.

 

 

Message Webmaster tools pour un site html ancien et non responsive design :

2015-03-30 10h35_05

Share on LinkedIn

Auteur: CekaneCK

Christian Kamlet, fondateur et dirigeant de Cékane, formé en business school, ancien dirigeant d'agences de communication, entrepreneur du Web depuis 2005 et formateur en école de management.

Share This Post On

Proposez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>